Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal
Naviguer vers le haut
Connexion
Investissements d'avenir Accueil  
Les sciences humaines et sociales au cœur de l'interdisciplinarité pour la Méditerranée

  

Doctorants

:

Célia Lamblin

 
Doctorants
Célia Lamblin
Doctorante LabexMed,
UMR 7305 LAMES / UMR 151 LPED

Courriel : celia.lamblin@ird.fr
celia.lamblin@etu.univ-amu.fr

sujet de thèse

Les migrations égyptiennes en France : vers la construction d'une identité collective ?

Description du projet

L’idée selon laquelle les « Printemps arabes » transformeraient radicalement les schémas de migration autour de la Méditerranée semble plutôt incertaine même si l’on peut s’interroger sur la manière dont des « évènements » vont influencer les parcours sociaux des individus. On peut supposer que les processus qui ont favorisé les révolutions sont aussi ceux qui conduisent à l’émigration. D’ailleurs, bien avant l’amorce du « processus révolutionnaire », l’émigration égyptienne était déjà un phénomène constant depuis 1971, année de sa légalisation. De nos jours, les flux migratoires d’Egypte vers l’Europe correspondent à un phénomène durable aussi invisible qu’inégalement réparti dans les pays européens et ce depuis les années 1980.

En effet, les diverses vagues migratoires (travailleurs hautement qualifiés, travailleurs peu qualifiés en situation irrégulière et étudiants francophones) correspondent à des dynamiques mettant en jeu différents facteurs au sein des deux pays. Le projet de thèse envisagé vise donc à comprendre en quoi les mobilités spatiales et les évènements socio-politiques survenus en Egypte participent aux renégociations des processus d’identification individuels et collectifs des migrants égyptiens en France. Pour cela, il s’agira d’identifier les espaces de socialisation fédérateurs qui peuvent faire sens pour les migrants et qui donnent lieu à des relations qui participent des recompositions identitaires. Le rôle de l’expérience migratoire dans le marquage des différences sociales, en lien avec les relations entretenues avec les autres populations migrantes en France, ainsi que les parcours différenciés entre migrants égyptiens (étudiants/travailleurs), sera également questionné sous le prisme du genre et de la question générationnelle. En France, les associations d'Egyptiens, inexistantes avant les mouvements de solidarité avec la "mobilisation multisectorielle" du début de l’année 2011, deviendront un des cadres de socialisation où se rencontrent des migrants originaires des villes et des campagnes permettant une certaine mixité sociale. La question des imaginaires de la migration fera également l’objet d’une attention particulière puisque si les politiques étatiques influencent les diverses formes de circulation, les mobilités vont générer de nouveaux « référents subjectifs » qui débordent les cadres nationaux et permettent le développement de « groupes déterritorialisés ».  

Description of the project

                The idea that the " Arab Spring " radically transform migration patterns around the Mediterranean seems rather uncertain even if one may wonder how the "events" will influence the social trajectories of individuals. Presumably the process that favored revolutions are also those that lead to emigration. Indeed, well before the beginning of the " revolutionary process," the Egyptian emigration was already a constant phenomenon since 1971, its legalization. Today , migration flows from Egypt to Europe represent a lasting phenomenon unevenly distributed as invisible in European countries and since the 1980s .


                Indeed, the various waves of migration ( highly skilled workers, unskilled workers in an irregular situation and Francophone students ) correspond to dynamic game involving different factors in the two countries. The thesis project envisaged therefore aims to understand how spatial mobility and socio- political events in Egypt participating in renegotiations of individual and collective identification process of Egyptian migrants in France . It will identify areas of socialization backbone that can make sense for migrants and give rise to relationships involving identity reconstructions for it. The role of migration experience in marking social differences related to the relationships with other migrant populations in France , as well as the differential between Egyptian migrants (students / workers) course , will also be questioned under the lens of gender and generational question. In France , associations of Egyptians , non-existent before the movement of solidarity with the " multisectoral mobilization " of the beginning of 2011 , will become one of socialization which meet migrants from urban and rural allowing some diversity social . The question imaginary migration will also be given special attention because if government policies affect the various forms of movement, mobility will generate new "reference subjective" that transcend national frameworks and allow the development of " deterritorialized groups.
"

Discipline

Sociologie

Domaines de recherche

Sociologie des Migrations, Sociologie politique

Cursus

·         2014 : Etudiante au Département d'Arabe Contemporain au Caire, Egypte.

 

·         2012-2016 : membre du programme EcoMig (Economic, Crises, Migration and development in Egypt) coordonné par Sophie Bava (LPED), Aix-Marseille Université. 

 

·         Décembre 2012-Mars 2013 : Ingénieur d’étude dans le programme EcoMig (Economic, Crises Migration and development in Egypt) coordonné par Sophie Bava (LPED), Université Aix-Marseille. 

 

·         2010-2012 : Etudiante en Master à l'université Toulouse le Mirail.

 

·         2008-2009 : Programme d’échange universitaire CREPUQ à Chicoutimi, Québec, Canada

 

 Publications

 

Communication : « L’activité associative des héritier-e-s de harkis : vers la construction de la mémoire postcoloniale » dans le Séminaire « Violences politiques et Mémoires de Guerre », LISST CAS de l’Université Toulouse le Mirail, Avril 2013.

TRAVAUX :

Rapport de Mission : « Les migrant-e-s égyptien-ne-s dans les villes de Toulouse, Bordeaux et Paris : une enquête exploratoire du « faire communauté » », Programme EcoMig, Mars 2013.

Mémoire : « La construction sociale de la mémoire postcoloniale : le cas des héritier-e-s de harkis dans la lutte pour l’émergence d’une mémoire postalgérienne en France », sous la direction de Michel Grossetti et Sonia-Hasnia Missaoui, Université Toulouse le          Mirail, Juin 2012. (mention Très Bien).

Mémoire : « Les héritier-e-s de harkis de Saint Pons de Thomières : De la mémoire familiale à l’histoire collective. », sous la direction de Patricia Vannier, Université Toulouse Le Mirail, Juin 2011. (mention Très Bien).

 

Mentions légales

Ce site réalisé pour le laboratoire d’excellence LabexMed – Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée,
portant la référence 10-LABX-0090, a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du projet Investissements d’Avenir A*MIDEX portant la référence n° ANR-11-IDEX-0001-02

A*MIDEX| Fondation Universitaire A*MIDEX  AMU | Aix-Marseille Université  CNRS | Centre national de la recherche scientifique  IRD | Institut de recher che pour le développement  EHESS | École des hautes études en sciences sociales  Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne